© JC Robert

Observation des oiseaux

La biodiversité de la Nouvelle-Calédonie est d’une richesse exceptionnelle. L’île ne compte pas moins de 183 espèces d’oiseaux, dont 24 sont des espèces endémiques. L’avifaune fait le bonheur des amoureux de la nature et des passionnés d’ornithologie. En province Sud, plusieurs spots et de nombreux sentiers permettent l’observation des oiseaux, dans leur milieu naturel. Ouvrez grand vos yeux et vos oreilles, vous croiserez probablement la route d’un cagou, d’un notou ou d’un pigeon vert. Participez à une visite guidée par un spécialiste dans l’un des grands parcs que compte le sud de la Nouvelle-Calédonie. Donnez à vos enfants un souvenir inoubliable à guetter les bruits de la forêt…

Les oiseaux endémiques de Nouvelle-Calédonie

Les curieux et les passionnés sont chanceux ! L’avifaune de Nouvelle-Calédonie comporte de nombreuses espèces endémiques. Si la star incontestable est le cagou, le notou et le pigeon vert font également partie des oiseaux que l’on ne trouve que sur la Grande Terre. Avec un peu de patience, vous les rencontrerez certainement sur les sentiers de forêt humide. Le stourne calédonien, un joli passereau, se niche également dans les forêts tropicales. En zone plus sèche, vous croiserez aussi la route d’autres espèces typiques de l’archipel, comme le sublime emouchet bleu ou le corbeau calédonien. En milieu marin, surprenez le vol du pétrel de la Chaîne, une sous-espèce endémique du pétrel de Gould, dont la partie ventrale est blanche. Cherchez les oiseaux dans le paysage, et soyez attentif aux bruits qui vous entourent : vous serez largement récompensé !

Le cagou, emblème du Caillou

Ce drôle d’oiseau au plumage gris est l’emblème de la Nouvelle-Calédonie. Le cagou ne peut pas voler et a la particularité originale d’aboyer. C’est d’ailleurs ce qui lui a valu son nom, les populations locales ayant remarqué qu’il semblait crier « kagu ». De nature craintif, le cagou (rhynochetos jubatu) déploie sa huppe quand il se sent menacé, pour intimider son potentiel agresseur. Mais pourquoi ne vole-t-il pas ? En fait, le cagou a perdu sa capacité de voler il y a bien longtemps, avant l’arrivée de l’homme. N’ayant pas de prédateurs, il n’avait tout simplement pas besoin de ses ailes ! Il trouve sa nourriture au sol, parmi les vers, escargots et larves. Malheureusement, les chiens, les chats, les cochons sauvages et la déforestation se sont avérés une véritable menace, et la population de cagous a été décimée.

Espèce menacée, le cagou fait l’objet d’une campagne de sauvegarde. Aujourd’hui, les derniers recensements montrent une belle croissance du nombre de spécimens. On estime qu’il y aurait aujourd’hui 1 500 spécimens présents sur l’ensemble de la Grande Terre. La femelle ne pondant qu’un seul œuf par an, la reproduction n’est pas aisée ! Bien qu’il se fasse rare, vous pourrez le croiser dans les forêts humides du territoire, au Parc Provincial de la Rivière Bleue, au Parc des Grandes Fougères, ou encore au Parc Forestier à Nouméa.

Parc Provincial de la Rivière Bleue

Le parc est un des lieux les plus importants de la zone de conservation des oiseaux en Nouvelle-Calédonie. Il représente un refuge pour l’ensemble des espèces endémiques de la Grande Terre, notamment le rare et fascinant méliphage toulou (gymnomyza aubryana), classé comme espèce menacée d’extinction par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Sur les sentiers du parc, côté rivière bleue, on croisera facilement des couples ou des familles de cagous, près du sentier du Kaori et celui des Cagous. S’il n’est pas toujours évident de voir le notou, ne manquez pas de tendre l’oreille, à l’écoute de son chant guttural. Et levez la tête : il est souvent perché sur une branche ! Vous l’aurez compris, l’avifaune du parc est riche et diversifiée. Un petit tour à la Maison du parc vous permettra de mieux comprendre les espèces et leur habitat.

Smile

Un conseil : pour observer au plus près les oiseaux du parc, le must reste d’y dormir ! Le chant des oiseaux envahit vos sens au coucher de soleil et au petit matin. Vos chances de croiser des spécimens se multiplient à ces heures où les visiteurs ont quitté le parc.

Parc des Grandes Fougères

Dans ce grand parc naturel situé au croisement des communes de Farino, Sarraméa et Moindou, les espèces sont endémiques à 70 %. Un paradis pour les amateurs d’oiseaux ! Les cagous, les notous, les passereaux et les pigeons verts nichent au sol et dans les arbres. L’organisme Birdlife International a classé le Parc des Grandes Fougères comme une Zone Importante de Conservation des Oiseaux (ZICO, ou IBA en anglais). Avec de nombreux sentiers pédestres et la possibilité d’effectuer une visite guidée, le parc est propice à l’observation des oiseaux, tant pour les novices que pour les passionnés.

Observer les oiseaux au Domaine de Déva

L’immense espace naturel protégé du Domaine de Déva à Bourail, abrite plus de 38 espèces d’oiseaux. Tantôt en forêt sèche, tantôt en forêt humide, vous aurez loisir d’observer cette faune passionnante. En suivant le sentier pédestre des Géants ou à partir du chemin de la Forêt des Origines du lagon, vous arriverez au Marais Fournier. Cet espace ornithologique est idéal pour les familles. Construit en bois, il dispose de postes d’observation avec jumelles donnant sur le plan d’eau et la mangrove. Des panneaux décrivent les espèces présentes, leur habitat et leur répartition géographique.

Espèces que l’on peut observer au Marais Fournier : canards à cils ; aigrettes à face blanche ; martin-pêcheurs ; cormorans ; aigles siffleurs ; aigles pêcheurs.

Dans la forêt sèche alentour, on croisera d’autres espèces comme le sourd à ventre roux, au chant qui se termine comme une alarme, les hirondelles busières, ou encore le gobe-mouche à large bec, au ventre blanc. Enfin, le corbeau calédonien est une star pour les scientifiques qui viennent l’observer. Ultra-intelligent, il façonne des outils sur mesure pour prélever les insectes présents dans les trous d’arbres.

Smile

Le plus : des postes d’observation à hauteur d’enfant pour que tout le monde ait la meilleure vue possible sur le marais !

Parc Zoologique et Forestier de Nouméa

Vous êtes à Nouméa ? Ne manquez pas de visiter le Parc Zoologique et Forestier. C’est un lieu incontournable pour découvrir la faune et flore calédonienne. En plein cœur de la ville, cet espace attire petits et grands. À la fois parc animalier, jardin botanique et forêt sèche, on y découvre nombre d’animaux endémiques à la Nouvelle-Calédonie. Parmi les 110 espèces ornithologiques qui vivent dans le parc, on retrouve le célèbre cagou, mais aussi le notou, la perruche d’Ouvéa ou le corbeau calédonien. Une grande volière avec sas permet de se retrouver au milieu de ces oiseaux. D’autres oiseaux tropicaux permettent d’en apprendre plus sur l’avifaune du monde entier. Le parc est un endroit idéal en famille. Des espaces de pique-nique, des sentiers de balade et quelques jeux pour enfants sont aménagés.

Observer les oiseaux en milieu marin

Mettez à profit une sortie en mer, ou un camping sur un îlot pour observer l’avifaune marine de Nouvelle-Calédonie ! Les îles de la mer de Corail abritent les colonies de reproduction de plusieurs espèces d’oiseaux marins qui nidifient durant la saison chaude. Les pétrels de la chaîne et le puffin du Pacifique sont emblématiques des îlots. C’est le cas aussi du pétrel de Tahiti, classé comme espèce menacée d’extinction par l’UICN. Il faut dire que la présence humaine sur et aux abords des îlots provoque de nombreuses perturbations pour ces oiseaux. Pour ne pas mettre en péril leur survie, une vingtaine d’îlots de la province Sud ont été identifiés et font l’objet d’une réglementation drastique. Sites de ponte identifiés, on ne peut pas y débarquer à certaines périodes de l’année.

Ornito, l’application pour observer les oiseaux

OrnitO (Ornithologie en Océanie) est une application permettant d’identifier les oiseaux des îles du Pacifique sud, notamment la Nouvelle-Calédonie. La Société Calédonienne d’Ornithologie a créé cette application qui présente 201 espèces d’oiseaux présentes en Nouvelle-Calédonie, Fidji, Vanuatu, Wallis et Futuna. Vous pouvez la télécharger sur votre smartphone et l’emporter partout en balade. Grâce aux illustrations et explications, vous identifierez facilement les oiseaux que vous croiserez en chemin. Les noms sont donnés en français, mais aussi dans les langues vernaculaires, anglaises, et latines.

Laissez-vous guider par un expert en ornithologie

Encore mieux que l’appli, offrez-vous l’expertise d’un guide ornithologique. Passionné par les oiseaux, celui-ci n’aura pas de mal à les attirer à lui et vous transmettra toutes ses techniques d’observation et de sifflement. En province Sud, Caledonia Birds et sa guide Isabelle vous emmène à la découverte de l’avifaune du territoire. Au Parc des Grandes Fougères ou au Parc Provincial de la Rivière Bleue, l’ornithologue partage avec vous sa passion et vous apprend à écouter et observer.

Smile

Le saviez-vous ? L’organisme Caledonia Birds a été récompensé par les Trophées du tourisme 2019 !

Nos suggestions