Voir les photos (5)

Cimetière et Mémorial des Japonais

Site et monument historiques, Mémorial à Thio

Gratuit
Fermé temporairement
  • Lieu de pèlerinage pour les descendants de Japonais de passage. Le cimetière abrite d'anciennes tombes nippones et un mémorial dédié aux 599 Japonais arrivés en travailleurs libres à Thio en 1892, à bord du navire Hiroshima Maru.

  • En Nouvelle-Calédonie, le nickel découvert en 1864 génère une importante activité minière à partir de 1873 et un fort besoin en main-d’œuvre.
    La Société Le Nickel s’intéresse alors au Japon pour recruter des ouvriers en proposant des contrats avantageux pour les futurs immigrés. Les premiers travailleurs japonais arrivent dans la baie de Bota Méré le 25 janvier 1892.
    En 1918, ils seraient près de 2 500 à s’être établis sur l’ensemble de la Grande Terre. Mais en décembre 1941, suite à...
    En Nouvelle-Calédonie, le nickel découvert en 1864 génère une importante activité minière à partir de 1873 et un fort besoin en main-d’œuvre.
    La Société Le Nickel s’intéresse alors au Japon pour recruter des ouvriers en proposant des contrats avantageux pour les futurs immigrés. Les premiers travailleurs japonais arrivent dans la baie de Bota Méré le 25 janvier 1892.
    En 1918, ils seraient près de 2 500 à s’être établis sur l’ensemble de la Grande Terre. Mais en décembre 1941, suite à l’attaque de Pearl Harbour, les Japonais de Nouvelle-Calédonie sont soupçonnés d’espionnage, enfermés à Nouville et leurs biens mis sous séquestre avant d’être transférés vers l’Australie, puis rapatriés au Japon à la fin de la guerre. Peu d’entre eux reviendront en Nouvelle-Calédonie.
    Le cimetière dit « des Japonais » est divisé en deux parties, l’une moderne et l’autre historique où sont regroupées les tombes de Japonais, mais aussi de Javanais, d’Arabes, de Tonkinois, etc. La plupart des tombes japonaises sont composées d’une pierre plate portant une épitaphe gravée en japonais. La tradition voudrait que ces pierres proviennent des sites où travaillait le défunt. En Nouvelle-Calédonie, d’autres cimetières recueillent des tombes de Japonais comme à Nouméa (au 4e km), Hienghène, Koné ou Koumac. En 2012, à l’occasion du 120e anniversaire de la présence japonaise en Nouvelle-Calédonie, un mémorial est édifié et dédié aux Japonais reposant en ce lieu.
  • Langues parlées

    • Français
Prestations
  • Equipements

    • Parking à proximité
  • Tarifs
  • Gratuit
Ouvertures
Fermé temporairement

Périodes d'ouverture

  • Toute l'année
    Ouvert Tous les jours
    * Accès libre
Nos suggestions