Voir les photos (2)

Boulangerie test BBR

Site et monument historiques à Nouméa

  • Appelé
    la manutention ou la boulangerie, ce bâtiment est le premier du pénitencier de
    l’Île Nou à être édifié en dur. Sa construction débute en 1869 sous le gouverneur
    Guillain et mobilise tous les ouvriers maçons condamnés. Une boulangerie était
    indispen

  • Appelé
    la manutention ou la boulangerie, ce bâtiment est le premier du pénitencier de
    l’Île Nou à être édifié en dur. Sa construction débute en 1869 sous le gouverneur
    Guillain et mobilise tous les ouvriers maçons condamnés. Une boulangerie était
    indispensable pour nourrir les transportés du bagne mais également tout le
    personnel de l’Administration pénitentiaire et leur famille.
    Le
    bâtiment mesure 38 m x 10 m et se divise en trois pièces. Il comprend au centre
    une grande salle pour la...
    Appelé
    la manutention ou la boulangerie, ce bâtiment est le premier du pénitencier de
    l’Île Nou à être édifié en dur. Sa construction débute en 1869 sous le gouverneur
    Guillain et mobilise tous les ouvriers maçons condamnés. Une boulangerie était
    indispensable pour nourrir les transportés du bagne mais également tout le
    personnel de l’Administration pénitentiaire et leur famille.
    Le
    bâtiment mesure 38 m x 10 m et se divise en trois pièces. Il comprend au centre
    une grande salle pour la fabrication du pain et quatre fours en briques. De
    part et d’autre de cette salle se trouvent les magasins, un pour les farines et
    un pour le pain. Les murs en maçonnerie de moellons appareillés étaient
    autrefois enduits à la chaux. Les quatre fours et leurs voûtes en briques sont
    coiffés par de hautes cheminées, visibles sur le toit à deux pans.
    Après
    la fermeture du bagne, le bâtiment est occupé par une épicerie tenue par M. et
    Mme Legascoin puis plus tard, par Mme Jaquet dont le magasin sert également de
    bureau de poste. Il est ensuite utilisé comme lieu d’apprentissage pour les
    élèves du Centre Spécialisé de Jeunesse et ceux du Centre de Formation
    Professionnelle Rapide de Nouville. En 1988, la province Sud devient
    propriétaire du lieu et le met à disposition de l’Association témoignage d’un passé
    en 1996, dans la perspective d’en faire un musée du bagne et de préserver ce
    site historique, témoin de l’histoire calédonienne. Depuis 2007, des fouilles
    archéologiques et divers travaux de restauration sont entrepris afin de réhabiliter
    cette bâtisse en musée du bagne.

    Texte : L.Talbi