© © Dario SPADA / NCTPS

Centre Culturel Tjibaou

Nouméa

Centre Culturel Tjibaou

Un centre né de la volonté de valoriser la culture Kanak

Prévu dans les accords de Matignon de 1988, le Centre Culturel Tjibaou a été bâti sur le terrain qui avait accueilli en 1975 le festival Melanesia 2000, organisé par Jean-Marie Tjibaou, leader indépendantiste Kanak. Cet événement fut le premier rassemblement de grande ampleur mettant à l’honneur les traditions Kanaks. Inauguré le 4 mai 1998, le centre culturel que l’on connaît aujourd’hui porte le nom de son leader charismatique et s’inscrit directement dans cette volonté de mettre en valeur la culture vernaculaire de l’île. Aujourd’hui, c’est l’Agence de Développement de la Culture Kanak (ADCK) qui gère cet établissement public. Son but ? Promouvoir le patrimoine culturel kanak, notamment la création artistique ; favoriser l’émergence de références culturelles communes aux différentes aires coutumières ; faire rayonner la culture Kanak dans la région océanienne.

Une architecture moderne aux traditions affirmées

Connaissez-vous l’architecte de renom Renzo Piano ? C’est lui qui a imaginé et dessiné le centre culturel Tjibaou ! Il est notamment célèbre pour la conception du Centre Georges Pompidou, à Paris.

Pensés en collaboration avec l’Agence pour le développement de la culture Kanak (ADCK), les aménagements intérieurs et extérieurs traduisent l’attachement des hommes à la nature. Construit sur un joli terrain de 8 hectares, l’ensemble se veut moderne et monumental. Comme un hymne à la culture Kanak, il se compose de dix cases élancées, mêlant design moderne et forme traditionnelle. Faites d’acier et de bois d’Iroko, leur taille varie de 20 et 28 mètres de haut et sont dotées d’un ingénieux système d’aération naturel. Une allée bordée de pins colonnaires relie les cases entre elles, formant trois villages distincts, chacun dédié à une fonction. Au total, la surface des différents bâtiments atteint 7 000 mètres carrés. On se promène ainsi de salle en salle, tantôt dehors, tantôt dedans, à la rencontre des différents espaces que proposent le centre culturel.

La nature au cœur des traditions

Les bâtiments se fondent harmonieusement dans l’environnement. Le grand parc qui entoure le musée se compose de différents espaces symbolisant des éléments essentiel de la culture mélanésienne. Tout proche du musée, ne manquez pas le « chemin kanak » ! Il retrace le mythe du premier homme Téâ Kanaké, symbolisé par les plantes endémiques et leur langage.
Cinq étapes sont ainsi représentées tout au long du parcours initiatique :

  1. « L’origine des êtres »
  2. « La terre nourricière »
  3. « La terre des ancêtres »
  4. « Le pays des esprits »
  5. « La renaissance »

Trois cases traditionnelles, un faré et plusieurs espaces de danse et de spectacle se fondent dans la nature. En flânant dans le parc, amusez-vous à reconnaître l’igname, le houp ou le kaori, ces espèces végétales de première importance dans la tradition Kanak. Enfin, pour mesurer la beauté poétique des lieux, vous pourrez vous rendre au belvédère surplombant la baie de Magenta, ou à la statue de Jean-Marie Tjibaou au sommet de la colline.

Un conseil : profitez d’un jour ensoleillé pour vous rendre au Centre Culturel Tjibaou ! La mangrove et le bord de mer rendent la promenade vraiment agréable.

Nellye, Office de Tourisme de Nouméa

Découvrir l’art Kanak et océanien

Espace de rencontre et de création culturelle, musée, espace de spectacle, médiathèque : il y a bien des raisons de visiter le Centre Culturel Tjibaou ! Pour une première visite, prenez le temps de parcourir les cases du musée consacrées aux expositions permanentes. Parmi elles, on distingue la case Bwenadoo qui présente des objets du patrimoine Kanak prêtés par des musées internationaux, comme le Quai Branly à Paris. La grande case Jinu donne un aperçu des civilisations du Pacifique à travers des sculptures issues de Papouasie-Nouvelle-Guinée, des îles Salomon, du Vanuatu, de Nouvelle-Zélande ou de Nouvelle-Calédonie. Enfin, la case Mâlep retrace l’histoire de Jean-Marie Tjibaou.

Un programme culturel dynamique

Outre les espaces permanents, le centre propose également des productions artistiques locales et des événements internationaux. Quatre espaces, dont trois en extérieur, accueillent ainsi un large choix de spectacles de musique, théâtre et danse. Parmi les moments phares de l’année, le festival des Francofolies de Nouvelle-Calédonie et le Festival Waan Danse sont à voir absolument ! La programmation inclut aussi des pièces de théâtre, des conférences et des projections de cinéma en plein air. La symbolique du site et la beauté de son cadre apportent une touche de magie à ces manifestations.

Pour les expositions temporaires, vous ne serez pas en reste ! Le Fonds d’Art Contemporain Kanak et Océanien (FACKO) met en avant des œuvres de qualité tout au long de l’année. Les artistes en résidence au Centre Culturel Tjibaou participent aussi à la dynamique culturel des lieux, et montrent régulièrement leur travail. C’est dans les salles Bérétara et Kavitara que vous pourrez admirer les créations des artistes de la région.

Pour ne rien manquer de la programmation culturelle du centre Tjibaou, retrouvez notre agenda des événements de la province Sud !

Des animations pour toute la famille

Vous souhaitez profiter d’un parcours guidé ou d’une animation ? Tout au long de l’année, vous pouvez participer à des visites ou des journées spéciales. Le premier samedi du mois, le centre organise une belle journée découverte en famille (sur réservation). Baptisée Beu Ya, cette expérience vous permet de partager les gestes et les savoirs des hommes et des femmes Kanak : coutume d’accueil, préparation des plats, langage des plantes… Après un déjeuner à déguster le bougna, on vous invitera à participer à un atelier, écouter un conte ou découvrir un jeu traditionnel. C’est une visite idéale avec des enfants !

Beu Ya : écouter la parole des vieux en Kwenyii, langue parlée à l’Ile des Pins.

Parmi les autres animations phares du Centre Culturel Tjibaou, le « chemin Kanak animé » livre chaque mardi après-midi (sur réservation) les secrets du mythe du premier homme. Au son des percussions et des danses, ce spectacle déambulatoire de la compagnie We Ce Ca vous accompagne dans ce parcours végétal. Un marché des femmes cultivatrices a lieu chaque mois à Tjibaou, pour soutenir les petits producteurs. L’occasion de découvrir les produits du terroir ! Enfin, contes, musique, ateliers pédagogiques et ludiques sont proposés pour les enfants. Consultez notre fiche d’informations pratiques pour en savoir plus !

SUR PLACE ET AUX ALENTOURS

Informations pratiques

Nos suggestions